Economie d'eau potable

Du fait des hausses de température et de l’augmentation du nombre de jours de sécheresse, les collectivités et autres structures devront diminuer leur consommation d’eau potable pour éviter les conflits d’usage. Ainsi, les actions d’économie d’eau potable sont accompagnées par la cellule d’animation dans le cadre du Contrat Eau, Trame verte & bleue, Climat 2020-2024. Ces actions répondent à un objectif de gestion de la rareté de la ressource en eau.

Alimentation en eau potable sur le bassin versant

Sur le territoire Plaines et coteaux de la Seine centrale urbaine, l’alimentation en eau potable est gérée par plusieurs communes ou syndicats intercommunaux qui exploitent des usines de traitement des eaux.

Ainsi, l’alimentation en eau potable sur le territoire est effectuée par :

Régie municipale de la ville de Paris qui assure la production et la distribution de l’eau de Paris

Exploite les usines de Neuilly-sur-Marne, de Choisiy-le-Roi (Seine) et de Méry-sur-Oise

Exploite l’usine du Mont-Valérien et complète son alimentation par l’achat de l’eau des champs captants d’Aubergenville, de Croissy et de Villeneuve-la-Garenne

Exploite le champ captant de Croissy, réalimentée par de l’eau prétraitée de la Seine.

Enjeux en Seine centrale urbaine

D’une part, l’ASTEE a conduit en 2015-2016 une étude visant à mieux identifier les relations démographiques, sociologiques, économiques et urbanistiques qui régissent les consommations d’eau potable en Île-de-France. De cette façon, l’ASTEE a développé un modèle SICOMORE pour estimer les besoins de consommations d’eau potable en Île-de-France. D’après ce modèle, les besoins en eau potable du bassin versant Plaines et coteaux de la Seine centrale urbaine augmenteront annuellement d’ici 2030 de 5,5% de part une augmentation de 5% de sa population.

D’autre part, les structures d’alimentation de l’eau potable prélèvent leurs eaux dans les eaux de surface et par des captages d’eau souterraine (40%).

Or, dans un contexte d’augmentation de la température et du nombre d’épisodes de sécheresse, les volumes d’eau vont être impactés.

Par ailleurs, d’après le Projet Explore 2070 du BRGM, la recharge des nappes d’eau souterraines pourrait diminuer en moyenne de 10 à 20% sur le bassin Seine-Normandie à l’horizon 2070. Ainsi, si le niveau d’eau de ces milieux baisse, la ressource en eau sera moins disponible, ce qui engendrera des conflits d’usage.

Evolution du temps de recharge des nappes souterraines en France issue du Projet Explore 2070- Evaluation de l’impact du changement climatique réalisé par le BRGM en 2012

Un des enjeux du bassin versant des Plaines et coteaux de la Seine centrale urbaine et donc intégré au Contrat Eau, Trame verte & bleue, Climat 2020-2024 est la gestion de la rareté de la ressource en eau en vue d’une adaptation au changement climatique.

Accompagnement de la cellule

Afin de faciliter l’émergence et la mise en place d’actions favorisant l’économie d’eau potable, la cellule d’animation propose un accompagnement technique. Par le biais de l’animation de la Charte de l’Eau et du Contrat Eau, Trame verte & bleue, Climat 2020-2024, la cellule conseille techniquement les porteurs de projets signataires et sur les financements potentiels de leurs actions . De plus, elle sensibilise les structures présentes sur le bassin versant.

Objectifs des actions d’économie d’eau potable

En vue d’une gestion de la rareté de la ressource en eau, les actions d’économie d’eau potable auront plusieurs objectifs :

  • Réduire les pertes d’eau par l’amélioration des rendements des usines de production d’eau potable et des dispositifs de transfert d’eau et protéger les usines de production des événements climatiques ;
  • Localiser et réduire les fuites des réseaux de distribution avec la mise en place de nouveaux équipements et le renouvellement de canalisations ;
  • Diminuer la consommation d’eau potable dans les bâtiments et dans les lieux publics ;
  • Utiliser une ressource de qualité moindre en remplacement de l’eau potable pour l’arrosage des espaces verts, le nettoyage des voiries…

Solutions et retours d’expérience

Réduire les pertes d’eau des usines et les fuites des réseaux et protéger les usines de production

Pour une maîtrise du volume d’eau prélevé dans le milieu naturel, les solutions concernent dans un premier temps la réduction des pertes d’eau lors de la production d’eau potable puis du transfert. Cela consiste en :

  • La mise hors crue des forages, des stations de pompage ou des usines de production ;
  • La lutte contre les fuites par la pose de prélocalisateurs ;
  • Le renouvellement des canalisation anciennes qui présentent des fuites.

Réduire les consommations d’eau potable des bâtiments et des lieux publics

Plusieurs solutions existent pour la réduction de la consommation d’eau potable des bâtiments et des lieux publics, telles que :

  • Réalisation d’études et de diagnostic des équipements et des consommations des bâtiments ;
  • Pose de compteurs et d’équipements économes en eau ;
  • Mise en eau d’une fontaine en circuit fermé ;
  • Alimentation des fontaines et autres équipements comme les WC publics par des eaux de source, des eaux brutes issues de forages ou de puisages, ou des eaux de pluie tout en respectant les précautions de sécurité conformément à l’arrêté du 21 août 2008

Utiliser une eau de qualité moindre en remplacement de l’eau potable

Dans de nombreuses collectivités, l’arrosage des espaces verts et le nettoyage des voiries sont réalisés à partir d’eau potable. Or pour ces usages, il est possible d’utiliser des eaux non potables par :

  • La récupération des eaux de pluies de toitures, conformément à l‘arrêté du 21 août 2008 ;
  • La déconnexion et la récupération des eaux de source, des eaux souterraines issues de forages ou puisages ;
  • La réutilisation des eaux usées traitées (eaux de piscine, eaux grises, eaux usées épurées).

Les essentiels

Documents de référence et réglementation

Source : L’utilisation des eaux non potables du Conseil départemental du Val de Marne (2014)
Ministère de la transition écologique et solidaire
Réglementation sur la récupération des eaux de pluie et leur usage à l’intérieur et extérieur des bâtiments
Lien d’accès
Réglementation à suivre – Déclaration loi sur l’eau
Grille de nomenclature
Lien d’accès
L’utilisation des eaux non potables
Cadre juridique et retours d’expérience dans le Val de Marne
Lien d’accès
Rapport sur la réutilisation des eaux usées traitées pour l’irrigation, l’arrosage des espaces verts par aspersion et le lavage des voiries
Lien d’accès
Analyse des risques sanitaires liés à la réutilisation d’eaux grises pour des usages domestiques
Lien d’accès

Subventions

Les documents relatifs aux modalités de subvention et aux montages des dossiers sont regroupés dans la page suivante :