Les milieux aquatiques

Les milieux aquatiques du territoire sont soumis à d’importantes pressions d’origine anthropiques (urbanisation croissante, canalisation et artificialisation des berges, navigation, etc.) qui perturbent les écoulements et la libre circulation des espèces. Leur restauration constitue l’un des grands enjeux du Contrat et sera à renforcer dans les années à venir avec l’aménagement du futur Grand Paris.

Assurant une continuité entre l’eau et la terre, les berges naturelles et les milieux rivulaires conditionnement le développement d’écosystèmes riches et diversifiés. Les systèmes racinaires des végétaux en place assurent également un rôle primordial dans la stabilisation des sols, l’amélioration la qualité des eaux par phyto-épuration et la limitation des risques d’inondation en favorisant l’infiltration. L’atteinte du bon état écologique d’un cours d’eau est donc significativement dépendante de la qualité de ses berges et de son lit.

Objectif des lois Grenelle et décliné dans le Schéma régional de cohérence écologique, la restauration des milieux aquatiques et de leur continuité écologique constitue l’une des grandes priorités sur le territoire. Les mutations urbaines à venir dans le cadre de l’aménagement du Grand Paris impliquent de la renforcer d’autant plus.

L’enjeu A : « Restaurer les milieux aquatiques et la continuité écologique  », reprend cette problématique et a été suivi par des acteurs du territoire au travers de leurs projets/actions présentés ci-après.